Créatures

A l’intérieur du cycle des évolutions, dans les multiples possibilités d’adaptations du vivant en perpétuelle bataille pour son espèce, la vie se débrouille et se débat tant et si bien qu’elle prend les infinies nuances de formes, couleurs, textures que nous observons facilement en mettant un peu le pied dehors.

Histoire de métamorphose.

Elan, retrait, rebond, ressort ; disparition, expansion, diffusion, dilatation ; développement, déroulement, déformation ; qu’elle soit discrète comme une fourmi laborieuse où exubérante comme un papillon volage, la vie est une force, une volonté, un jaillissement d’intention qui porte le monde à jouer le Grand Jeu, celui du vivant, souple et déterminé.

L’Homme, dans son état d’humain, n’est pas séparé de la Nature, n’est pas isolé du vivant, malgré une société moderne dénaturante et castratrice.

A l’instar du vivant, sa capacité d’adaptation s’exprime dans les solutions qu’il invente face aux adversités. Ainsi capable de se transformer pour s’adapter, de se métamorphoser en métamorphosant son psychisme, capable de jaillissement dans ces volontés, de souplesse dans ces déterminations, l’Homme se modèle pour mieux survivre, garder son espèce en vie, et ces petits à l’abri.

En se transformant lui-même, il transforme le monde.

A la façon dont un os croît, à la façon dont un corps se déploie, à la façon dont une fleur se tend de tout son être pour capter la lumière, l’Homme évolue, change, s’adapte, se modèle dans des mouvements similaires, des forces communes, des systèmes semblables à l’insecte qui dresse ces antennes pour trouver son chemin.

On comprendra ainsi et plus en profondeur que tout est lié, que l’Homme est fondamentalement un animal, et qu’il se tord comme l’arbre noueux, se fait piquant comme la puce, économe comme une succulente pleine d’eau, qu’il est sensible comme une toile d’araignée, protecteur comme la carapace du tatou, se cache comme l’anguille vive, se fait imposant comme le lion indolent où rusé comme le serpent siffleur, prudent comme une fleur de pommier après le dégel….

Multiples formes, multiples sens que prend l’Humain pour survivre !

Métamorphoses sans cesse renouvelées pour advenir à son but d’Homme….

Mon travail transcrit et interprète cette matière pensante, en mouvement, en lutte constante pour se définir, se redéfinir, rester telle qu’elle où disparaître, tout mouvement propre à l’Homme qui pense, qui invente de nouveaux systèmes de survie, faisant surgir de nouvelles forces et volontés propre à tout organisme vivant qui souhaite de tout son être voir encore un jour nouveau.

La vie naît singulièrement unique, et c’est par de multiples formes qu’elle transmet ces volontés.

%d blogueurs aiment cette page :